Mais où sont passé mes souvenirs d’adolescence …

Un billet sur la nostalgie et le dérapage technologique … Chaque année au printemps, je retourne là où j’ai passé les plus belles étés de ma vie notamment celles de mon adolescence. Petite confidence, j’y retourne également l’été, l’automne et l’hiver même. C’était le repère du bonheur, la fin de l’année scolaire bien méritée, la fontaine d’amitié, le lieu de rassemblement, c’était le chalet familial estival de ma grand mère … Elle l’avait acheté en 1964, ses frères et soeurs en avaient eux aussi un au même endroit ce qui faisait beaucoup de sens puisqu’à cette époque, nous nous efforcions de conserver la continuité des relations familiales. Aujourd’hui, à ma plus grande tristesse, je ne revois plus ces gens qui ont marqué mon enfance et mon adolescence. La plupart sont décédé, même leurs enfants se font assez vieux et certain nous ont aussi quitté. C’est la même chose avec les amis que l’on rencontrait là bas quoique dans ce cas ce soit différent. Plusieurs ont acheté un chalet qu’ils ont ironiquement convertis en maison ou en deuxième maison, c’est selon. Chaque années, au printemps, mon père allait  » ouvrir  » le chalet car il n’était pas 4 saisons. C’était un 3 saisons tout au plus. L’espace et les paysages à cet endroit y étaient imprenables surtout l’automne. L’été (toute l’été), c’était un lieu de pêche, de découvertes, d’explorations, un lieu de rencontre avec les amis que l’on avait vu les années auparavant et les nouveaux amis qui venaient de louer un nouveau chalet. C’était, bien pesé en un seul mot, le BONHEUR. Mon frère et moi y passions d’innombrables heures à pêcher les crapets soleils, les barbottes, les achigans et autres petits poissons à partir du pédalo Pélican que mon père avait acheté en 1969. Nous passions des heures à nous baigner, nous cacher, faire des feux de camps, faire des BBQ et aller manger chez des amis. Les étés dans ces années là, c’étaient de GROSSE ÉTÉS … C’est fou comme le temps nous joue des tours. C’est étés là passaient aussi trop rapidement. Ma grand mère à vendu le chalet en 1974, mon père était fatigué de l’entretenir, il n’avait pas d’aide ou très peu de ses enfants, mon frère était petit et moi, tout juste en âge de tondre le gazon. Je ne l’ai jamais pardonné à ma grand-mère, elle qui a cédé sous la pression … À cet endroit, j’ai attrapé mes premiers poissons, mes premières couleuvres, entendu mes premiers oiseaux, vu ma première marmotte, mes premiers canards que l’on nourrissait tout l’été, rencontré mes premiers amours d’enfance mais surtout fait mes premières photos, une passion qui allait me coller à la peau toute ma vie … Mon père était commis voyageur et comme il avait besoin de temps pour lui la fin de semaine, il nous donnait à mon frère et moi une caméra Kodak Instamatic 126 (en diapo kodachrome 126 développement inclut chez Kodak s.v.p et plus tard, en Polaroid 600). Mon frère et moi partions à l’aventure et capturions des images, moi, sans trop savoir que ma vie allait changer à cause de ce simple geste. Quand mon père recevait les pellicules développées, il disait parfois, wow, y en a belles là dedans. Il n’est jamais trop tôt pour commencer. Aujourd’hui, aussi médiocres les images sont elles, les jeunes de tout âges utilisent leurs cellulaires et leurs iPods pour faire des photos en quantités industrielles en autant qu’il y a de la mémoire. On ne réfléchit plus … Malgré notre jeunesse et le fait que l’on considérait la caméra comme un jouet à cette époque, il y avait une LIMITE, celle de la pellicule. À ce niveau, la technologie échoue irréfutablement à mon avis, l’abondance robotise le sens créatif … Dès que j’ai eu un permis de conduire en 1979, j’y suis retourné il faut dire que j’y étais aussi retourné en vélo 2 fois avant de pouvoir y aller en voiture. une belle ballade de 70km aller seulement en vélo au travers les montagnes et les faux plats. Quand tu es adolescent, tu y vas sans même te poser de questions. Oui, je suis nostalgique, très. J’y suis retourné encore hier, le 6 mai 2013 … Je n’ai pratiquement capturé aucune image, figé devant l’endroit qui a tant changé et je ne comprends pas pourquoi cela me fait si mal. Je voudrais revoir les amis d’enfance, je passe devant ces chalets devenue des maisons que je reconnais à peine. La seule chose qui n’ait changé, c’est ce lac qui n’est plus aussi grandiose. C’est fou comme je le trouvais immense à 10 ans … Un peu plus tard, cet été, j’y retourne pour une période d’une semaine, nous avons loué un chalet mais de l’autre côté du lac. On y amène nos trois enfants de 6, 10 et 12 ans. Ils ne comprendrons pas que cet endroit a été pour moi un oasis de bonheur. Pendant 10 ans, mes étés filaient trop rapidement, j’ai même peur que la courte semaine passe trop vite aussi. Ce sera en juillet 2013, j’ai tellement hâte … Sans le savoir, ma chérie m’a fait un cadeau d’une valeur inestimable, celui de me laisser replonger dans mon enfance, mon adolescence. Le lac à moi, les enfants avec moi à la pêche, ma chérie dans le hamac et pas de Wi-Fi, enfin, presque … quelques images de cet endroit magiques où le paysage n’est qu’une partie du plaisir  :-) P1010015 P1010002 P1000975 Et oui, à la dernière image, plusieurs région de notre beau Québec s’y reconnaîtront … P1000976 PS, C’est également divin l’hiver … 605_0139 605_0140 À bientot …

2 commentaires sur “Mais où sont passé mes souvenirs d’adolescence …

  1. Anne Jutras dit :

    j’ignore où est situé ton lac, mais je suis retournée avec chéri sur les lieux de son enfance, là où il a grandit. Il y avait un lac aussi, et une foule de souvenirs a déferlé en lui lorsque nous avons visité ce terrain. De mon côté, j’ai voulu revoir la maison où j’ai grandit enfant, il n’y reste plus rien, mise à part l’autoroute. C’est déroutant. On voudrait revoir et revivre ses souvenirs si délectable à notre cœur. Tu as raison, aujourd’hui, on gobe tout et trop vite. On ne prend pas le temps de savourer, ou si peu.

    Ta dulcinée a eu une idée géniale. Je vous souhaite de très belles vacances! Savoure chaque minute. Et ramène-nous tout plein de belles photos!😉

  2. Alain ROLLAND dit :

    Ce sont nos racines, ça fait partie de nos gènes et on y replonge toujours tôt ou tard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s