Pourquoi j’ai changé de maîtresse …

Pourquoi j’ai changé de maîtresse moi ?

On filait pourtant le parfait bonheur, je lui avait donné tant d’attention dernièrement, je lui avais offert de nouveaux bijoux, une belle pochette pour mettre ses yeux si précieux, je l’ai câliné, aimé, vanté, sorti avec moi partout, vraiment je la présentais à tous sans exceptions.

Notre histoire avait débuté par un coup de coeur pour ne pas dire un coup de foudre. J’était jeune, j’allais devenir adulte, elle avait déjà de l’expérience et dieu que c’était agréable. Avec elle j’ai lentement avancé à pas réguliers, j’ai toujours pu compter sur elle même dans les moments les plus difficiles, dans mes deuils comme dans mes moments de joies extrêmes. Elle m’accompagnait depuis la fin des années 70, cette union a donné de merveilleuse descendantes, j’ai régulièrement mis-à-jour ses optiques, ajouté des accessoires pour la rendre encore plus belle et plus performante, on aime nos amantes performantes nous les hommes.

Elle m’a fait voir tellement de perspectives avec ses yeux parfois trop grands, parfois trop étroits. On a navigué en couleurs et en tons de gris parfois, jamais on ne s’est perdu de vue …

Je lui ai aussi toujours été fidèle, je suis comme ça, je ne regarde pas ailleurs même si on me fait miroiter les plus belles courbes. On m’aurait dit il y a 6 mois de ça, la séparation est imminente et je me serait étouffé de rire dans mon drink …  Elle était trop sexy ma belle … Mon amour pour elle était sans borne. Je lui ai confié mes plus belles découvertes, elle maquillait si habilement chacun de mes regards, c’était l’amour fou … Un amour de 38 ans en parfaite santé.

L’AUTRE EST VENUE À MOI

Je l’avais pourtant rencontré souvent, je la côtoyais depuis quelques années en me disant que j’avais à mes côtés celle qui allait me garder parfaitement heureux. Notre petite famille filait le parfait bonheur ou plutôt, je le croyais. Depuis un moment, je trouvais lourd mon sac de bonheur mais je le passais sous silence croyant qu’aucune autre ne pouvait me montrer le monde comme ma maîtresse … Quand l’autre s’est présentée à moi comme une jeune première, j’ai tout fait pour ne pas tomber sous le charme, trop peu trop tard, elle avait tout ce que je voulais sans même que je ne le sache. Racée, sexy, légère, rapide avec beaucoup de répartie, elle tombait dans ma main avec ses formes tout juste parfaites … J’ai l’impression qu’elle m’avait elle-même choisi. J’ai du me faire à l’idée, tout n’était pas si clair que c’était elle qui allait remplacé mon premier coup de foudre. J’ai même fait l’impensable, pendant un moment, de peur d’avoir mal choisi, j’ai laissé les deux cohabiter avec moi, je sais, c’est ignoble … Impardonnable même … Je sais, je suis cruel mais je ne voulais pas étirer tout ça trop longtemps. Pour dire vrai, j’allais m’accommoder des deux, pourquoi pas, je me sentais le gigolo de l’image. J’allais aussi donner le meilleur de moi-même à chacune, QUOI ? J’ai bien le droit de me gâter

Au bout de quelques semaines, j’avais pratiquement oublié le cycle de ma chérie d’autrefois, je la trouvait lourde à écouter, lente, un peu obèse même … Superficiel que j’étais devenu. OUI … J’aurais pu continuer avec elle mais j’ai décidé de changer de maîtresse. Ai-je un quelconque regret ? La réponse est non, surtout quand je regarde ce qu’elle m’a fait produire. J’ajouterais, elle m’a fait redevenir un « KID » de la photo. Je me surprends à me coucher et me rouler par terre avec elle, chose que je en faisais plus avec l’autre depuis déjà longtemps. Tout me semble plus simple, plus beau, plus ludique.

Est-ce que ça va durer, suis-je en rebound ?

Honnêtement je ne possède pas cette réponse. Je peux juste dire que je n’ai jamais autant de plaisir qu’avec ma nouvelle maîtresse. Elle fait les choses les plus belles avec une telle simplicité, elle fait même mieux avec ses yeux que ce que ma précédente faisait (comme si c’était possible)

Je suis passé de l’attirail Nikon (ma maîtresse de toujours) au système Fujifilm (ma nouvelle maîtresse)

LES RAISONS: Elles sont très nombreuses, mais la première, c’est l’économie de poids et d’espace ce qui est devenue la moins bonne raison en cours de route. Oui, ce qui me motive depuis le premier jour où je l’ai vu c’est la qualité irréprochable de ses objectifs. Puis, il y a le fait que les couleurs directement dans la caméras sont hallucinantes, je ne passe que très peu de temps désormais à la retouche et c’est quand je dois en faire. Oui, j’ai présenté plusieurs images sans aucunes retouches autant en couleurs qu’en N&B.

Pour la première fois de ma vie, je ne suis pas embêté d’utiliser des objectifs à pleines ouvertures. Mon 35mm 1.4, mon 56mm 1.2, mon 90mm 2.0 et même mes autres objectifs à focales variables sont bien au-delà de mes attentes. Les contrastes, les couleurs et les détails mur-à-mur sont stupéfiants. La taille de la caméra et des optiques ajoutent au plaisir, fini les sacs trop gros et trop lourds et rien de la qualité de mes images en est affecté. Je suis sérieusement surpris. J’avais tout de même le choix et il y en a, Sony (seul le boîtier est plus petit, les objectifs FF sont trop gros en fin de compte), Lumix (je n’y ai jamais cru autrement que pour la vidéo, la taille du capteur je n’aime pas), Olympus (je n’aimais pas la taille du capteur), Leica (hors de prix). J’ai attendu après Nikon pendant plus de trois ans le développement d’un appareil sans miroir, j’attends toujours en fait, je n’attends plus. Je me suis séparé. J’ai toujours ce profond respect pour cette entreprise qui est restée à la hauteur de Canon pour la conquête du RÉFLEX mais le marché change … Il faut arrêter de dormir debout. Canon vient de présenter un beau boitier sans miroir mais IL EST TROP TARD …

Outre ce que j’ai décris, il y a l’exposition en temps réel qui est affiché autant dans le meilleur viseur électronique de l’industrie que dans l’écran, un système de mise au point ultra performant (X-T1 et X-T2 encore meilleur), des contrôles placés au bon endroit et l’absence de besoin d’aller fouiller au menu pour beaucoup de fonctions. Quand je fais du noir et blanc, c’est en noir et blanc dans mon viseur quel bonheur. Bref, je suis réellement sous le charme.

Ce que je lui reproche à ce système (Fujifilm)

1- Une pile qui se moque de moi, 200 à 250 photos sur une charge, trop peu à mon goût

2- Le scintillement de la zone surexposée qui est accessible uniquement dans une image miniature et non en image pleine taille à l’écran

3- Un ISO natif de 200 au plus faible en RAW, c’est pénalisant pour moi qui aime la longue exposition mais je ferme d’un stop l’objectif …

Je file donc le parfait bonheur, je ne demande pas mieux, avancer pour être davantage heureux.

Des images à mon prochain billet …

Un commentaire sur “Pourquoi j’ai changé de maîtresse …

  1. Line Aubut dit :

    Bravo Yves, tu as une belle plume et surtout, je vis aussi ce déchirement entre fidélité et liberté…elles cohabitent aussi, pour le moment…📷📸

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s